» Biographie (courte) de Sa Sainteté Dudjom Rinpoché (1904 -1987)

Biographie (courte) de Sa Sainteté Dudjom Rinpoché (1904 -1987)

Biographie de S. S. Dudjom RinpochéDudjom Rinpoché : né dans la région de Pemakö en 1904, il avait pour père le prince de Kanam, Tulku Jampel Norbu, un descendant direct du roi Trisong Détsèn (VIIIe siècle), et pour mère Namgyel Drölma. La particularité de sa naissance est qu’elle survint alors que Dudjom Lingpa – celui dont il est l’incarnation – était encore en vie ! Les instructions données par ce dernier pour reconnaître son émanation ne laissent aucune équivoque sur le » transfert de conscience qui eut lieu au moment de sa mort (un phénomène répertorié au Tibet dans la panoplie des transmissions de l’esprit d’un maître, à une autre enveloppe physique). D’ailleurs, Dudjom Rinpotché connaissait ses dix-sept incarnations précédentes, au nombre desquelles figurent Shariputra (proche disciple du Bouddha Shakyamuni), le Mahasiddha Saraha, Krsnadhara (un ministre pratiquant du roi indien Indrabhuti), et au Tibet, Khyéou Tchoung Lotsâva, l’un des vingt-cinq disciples de Padmasambhava, Rongdzom Pandita, l’un des premiers rédacteurs de la tradition Nyingmapa et de nombreux découvreurs de trésors spirituels (termas), dont Dudjom Lingpa, qui découvrit les « nouveaux trésors » (tersar). Il eut pour maîtres principaux Phüngong Tulku Gyurmé Ngedön Wangpo, Jedrung Trinlé Jampa Jungmé, Gyourmé Phendé Öser, Namdröl Gyamtso de Mindröling, Guendüne Gyamtso, et Khempo Aten.

En tant que découvreur de trésors, spirituels cachés (vidyadhara, « détenteur dans l’esprit »), il reçut, notamment dans sa jeunesse, des transmissions directes de Guru Rinpoché, Yeshé Tsogyal, et Manjushri. Il était également réputé pour sa maîtrise de l’ensemble des traditions bouddhistes tibétaines. À l’âge de quatorze ans, il surprit tout le monde en conférant la transmission de pouvoir et la transmission orale complète du Rinchen Terzod, collection complète des textes trésors de la lignée Nyingmapa. Il composa de nombreuses sadhanas (support de réalisation), et rédigea les commentaires relatifs aux trésors spirituels révélés par son prédécesseur et lui-même. C’est à l’âge de dix-sept ans qu’il composa le Dzogpa Chenpo (« Traité de la Grande Perfection »). Sa renommée en tant qu’érudit et maître de méditation dépasse largement le Tibet. La simple publication en Inde de ses oeuvres complètes et de la collection des Préceptes transmis Nyingmapas, qu’il commença de rédiger à l’âge de soixante-quatorze ans, totalise quelque cinquante et un volumes… Il fut également nommé chef suprême de l’École Nyingmapa par S.S. le Dalaï Lama. Sa Sainteté entra dans le paranirvana (moment de la mort) le 17 janvier 1987, dans sa résidence de Dordogne, accompagné de nombreux signes miraculeux confirmant sa pleine réalisation, et renforçant les liens spirituels établis entre l’Occident et l’Orient.
Son corps embaumé est conservé dans un stupa, à Bodnath au Népal. Dilgo Kyentsé Rinpoché, puis Pénor Rinpoché lui ont succédé à la tête de l’école Nyingmapa.