» Galerie textes » Les bienfaits de la pratique du 10e jour

Les bienfaits de la pratique du 10e jour

Pratique du 10e jourLes bienfaits obtenus par la pratique de la grande célébration du 10e jour

Puissions‐nous, dans toutes nos futures renaissances, obtenir refuge auprès du Vajradhara d’Oddiyana qui supprime toutes les difficultés ; le simple fait de se souvenir de lui nous octroie la réalisation de nombreux désirs, siddhis (accomplissements) et bénédictions, au même titre que le joyau, l’arbre, ou le précieux vase qui accomplissent tous les souhaits.

Toute personne qui en contemple les hauts faits verra grandir en elle la compréhension propre au disciple, d’autant que les différentes occasions au cours desquelles il a déployé les actes de sa merveilleuse activité se situent précisément les 10e jours (tshechu) de la lune montante, tout au long des 12 mois de l’année. Il nous est possible d’accumuler de bienfaits spéciaux en effectuant les pûjâs mensuelles de chacune de ces grandes célébrations du 10e jour (dans l’ordre approprié).

Ainsi, les esprits malfaisants qui sont cause de maladies seront pacifiés ; la durée de notre vie sera prolongée, tandis que notre vertu et notre richesse vont augmenter. Vont s’accroître, également, la joie de notre esprit, un courage immédiat, et l’éclat de notre personnalité. Les êtres humains, comme les esprits non humains vont se rassembler sous notre autorité ; notre suprématie et prospérité vont se développer, et les divinités locales, tout comme les esprits gardiens vont s’incliner devant nous, comme s’ils étaient nos serviteurs. Les peines et les blessures infligées par le seigneur de la mort et les 8 groupes d’esprits seront apaisées. Nos préceptes moraux seront complètement purifiés, et notre sagesse rayonnera dans tous les domaines.

Nous ne serons plus menacés par les dangers provenant de planètes et étoiles défavorables ou funestes, ou encore créés par des ennemis ou voleurs ; la chance et le bien‐être vont grandir partout, chez soi comme ailleurs. De même, la discorde provoquée par les esprits de la terre (sabdag), les nagas, et les êtres souterrains féroces (gwen) ne sera plus pour nous une menace, et les protecteurs et gardiens du Dharma accompliront les actions dont ils sont chargés. Les dégâts causés par les obstacles, ennemis et esprits malfaisants seront atténués, et nous rassemblerons sous notre contrôle tout ce que nous pouvons désirer.

Les maladies qui provoquent l’affaiblissement du corps seront purifiées; la santé physique s’améliorera, et nous acquerrons tout objet que nous contemplons.

Les périodes défavorables, en termes de jours, mois ou années, ainsi que les mauvais présages en général, seront adoucis, et nous retrouverons pleinement tout le pouvoir et la chance que nous aurions pu perdre. Les esprits malfaisants à l’origine de maladies, comme les Bhutas et les 8 groupes d’esprits, ainsi que les conditions d’une mort prématurée seront également pacifiés. Nous serons libérés des séquelles de présages maléfiques, des effets paralysants des mantras qui affectent le fonctionnement de l’intellect et perturbent la paix de notre esprit, ainsi que des esprits élémentaux invoqués pour nous faire du tort en provoquant maladies ou catastrophes.

En effet, notre propre corps deviendra semblable au diamant. Les actes hypocrites, en violation de nos serments, comme tout défaut ou manquement au niveau des 3 types de voeux, ou toute transgression de samayas seront nettoyés, et notre esprit purifié. La mort prématurée ou tout autre désastre accidentel n’auront pas lieu, et au moment même où nous quitterons cette vie, nous prendrons renaissance en la présence du Gourou en personne, dans le royaume de la Lumière du Lotus. Également, du fait de pratiquer la récitation des prières dans leur ordre approprié, surtout lors de la pûjâ, nous deviendrons détenteur de bienfaits infinis. Le mérite que nous aurons accumulé sera intarissable.

Puisse cette célébration de bienfaits et de joie, ainsi que le Dharma, être toujours et partout accomplis en la présence de ceux qui désirent la libération. Pareillement, puissent ces joyeuses nouvelles se déployer comme une belle jeune fille parée de bijoux de manière attrayante, et puissent elles être ornées d’excellentes commentaires pour chaque mot.

Puissent les messagers de Padma parcourir le monde dans toutes les directions.

Ce texte fut composé par Jigdral Yeshe Dordjé (Sa Sainteté Dudjom Rinpoché). Puissent le bonheur et la bonne chance advenir.

 

TéléchargerTélécharger le document.