» Lignée » Introduction à la lignée des Enseignements

Introduction à la lignée des Enseignements

Statue de BouddhaDans les 2500 années après le Bouddha Shakyamuni, l’enseignement bouddhiste a évolué en deux voies appelées le Hinayana (représenté par les lignées Theravada de Ceylan, de Thaïlande et du Viêtnam) et le Mahayana (représenté par les diverses lignées de Bodhisattvas en Chine, en Corée, au Vietnam, au Japon et au Tibet). Le Mahayana insiste sur l’activité compassionnée (karuna) et sur la sagesse intérieure (prajna).

Les deux écoles principales du Mahayana (Grand Véhicule) sont le Zen et le Vajrayana. Le Zen est originaire de l’Inde, se développa en Chine et s’étendit ensuite à la Corée et au Japon alors que le Vajrayana, originaire de l’Inde, se développa au Tibet. L’isolement géographique, l’immensité du paysage tibétain ainsi que son historique inaccessibilité durant des centaines d’années jusqu’à l’invasion chinoise communiste de 1950-1959, ont permis à la forme Vajrayana du bouddhisme d’achever un extraordinaire épanouissement de la méthodologie spirituelle.

Le bouddhisme Vajrayana du Tibet peut se subdiviser en quatre écoles ayant chacune ses particularités distinctes. L’école d’origine est appelée Nyingma (= l’ancienne). Ses enseignements et pratiques furent amenés de l’Inde au Tibet au huitième siècle, au point culminant de l’époque impériale tibétaine, par le grand adepte Padmasambhava et les sages tels que Vimalamitra et Shantirakshita.

Il existe trois autres écoles Vajrayana dont les enseignements furent amenés de l’Inde au Tibet durant une période plus tardive (11e siècle) : Sakyapa, Kagyupa, et Gelugpa. Ensemble, elles sont appelées écoles « sarma » ou « nouvelle traduction ». Le bouddhisme tibétain est donc de style Mahayana/Vajrayana. Les enseignements donnés ici au cours de séminaires sont Nyingma, une école du bouddhisme tibétain.

Avant 1959, au Tibet, les lamas et les pratiquants Nyingmapa n’avaient pas un seul chef d’école mais plutôt un certain nombre de grands sages et de saints, réincarnations de maîtres du Dharma, Rinpochés (= Précieux Maîtres) de différentes lignées puissantes dans la pratique de la méditation et leur réalisation. En 1959, suivant la diaspora tibétaine, le Dalaï Lama nomma un seul grand lama comme chef de chacune des écoles. Parmi les Nyingmapas, le choix tomba unanimement sur le grand tertön (découvreur de « trésors ») Dudjom Rinpoché.